Partagez
 

 x Family means nobody gets left behind x

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Beatriz Desio

Beatriz Desio

Habitant

JOUEUR
PERSONNAGE
Nombre de Messages : 50
Date d'inscription : 16/12/2014

x Family means nobody gets left behind x Empty
MessageSujet: x Family means nobody gets left behind x   x Family means nobody gets left behind x EmptySam 3 Jan - 23:46

x Family means nobody gets left behind x Rer10


"I like to see people reunited,
I like to see people run to each
other, I like the kissing and the
crying, I like the impatience, the
stories that the mouth can’t tell
fast enough, the ears that aren’t
big enough, the eyes that can’t
take in all of the change"


~~~

Des claquements de talons secs et déterminés résonnent dans l'air trop froid trop gelé comme dans une caverne de glace aux mille échos. Ici, ce n'est pas une rue où l'on fait du bruit, où l'on se presse, où l'on s'agite. De gros chats fatigués baillent derrière leurs fenêtres, bien à l'abri du vent glacial, et observent avec paresse et des yeux légèrement vitreux la silhouette noire qui s'engouffre dans la rue, marchant si vite qu'elle semble voler sous leurs nez, les pans de son manteau claquant au vent comme les ailes erratiques d'une chauve-souris.

Ici ce n'est pas une rue où l'on a l'habitude de se faire remarquer, pourtant Beatriz Desio est bien décidée à ne pas passer inaperçue. Non pas aux yeux des quelques rares inconnus qu'elle peut croiser dans le quartier, mais aux yeux d'un certain jeune homme qui lui doit quelques explications et qu'elle ne va autoriser à se défiler encore une fois. Il est temps de prendre le taureau par les cornes.
Ou plutôt l'agneau. Douceur et pureté sont davantage inscrites dans son caractère qu'entêtement et violence. Cela dit, c'est plutôt au faune qu'il fait songer, avec sa longue chevelure bouclée, sa sauvagerie, son sourire mutin et ses yeux profonds.

Bea enfonce ses mains dans les poches, et ralenti un peu la cadence, une expression à la fois frustrée et triste sur son visage autrement immuable.
Elle ne comprend pas.
Enfin si, bien sûr, elle comprend.
Elle est bien placée pour savoir que les relations se font et se défont au rythme d'un souffle. D'une respiration. Le temps d'exhaler, une page est tournée. Elle-même n'est jamais très constante. Et Elio peut être étouffant, toujours si prompt à se donner, à s'engager, à construire maisons et promesses avec l'être aimé aussi facile qu'un enfant souffle des bulles, sans se rendre compte de leur fragilité. Sans se rendre compte que les gens autour n'ont pas la même confiance dans la vie. Elle l'avait prévenu. Elle savait qu'Isaac ne se plierait pas à tant d'exigence de vie commune. Elle l'admirait d'ailleurs beaucoup de s'y être essayé.
Mais là où elle était déçue, c'était qu'il ait jugé nécessaire de rompre tous les liens avec leur famille, et pas seulement de se désengager du couple qu'il formait avec Elio.
Il avait pourtant pris sa place dans leur demeure. Au bout d'un mois, des vêtements traînaient encore dans les chambres, le salon d'Elio était toujours comme il l'avait arrangé avec Isaac, et Dagan continuait à lui demander s'il allait venir un soir pour dîner. Et elle ne supportait pas ses yeux tristes quand elle devait lui répondre : « pas ce soir, je ne pense pas, mijo ».

Il avait pourtant pris sa place dans leurs cœurs.

Arrivée finalement devant l'herboristerie, Beatriz carre les épaules, remonte le menton d'un air fier et décidé, et pousse la porte.

Peut-être qu'il ne désire plus les voir. Peut-être qu'il ne veut plus rien avoir à faire avec eux. Elle ne sait pas exactement sous quels termes ils se sont séparés avec Elio. Malgré toutes ses cajoleries de grande sœur, il se confie moins qu'avant. Mais même si sa démarche est vaine, elle ne peut s'empêcher de la faire.
Parce qu'il y a une petite chance pour que ce grand dadais soit tout simplement trop gêné pour oser refaire un pas vers eux. Et si c'est le cas, elle va devoir lui ouvrir la route.

C'est avec un soupir de soulagement qu'elle pénètre dans les lieux, où un gros feu ronfle comme un félin apprivoisé dans l'âtre, diffusant une chaleur bienheureuse, et elle ôte avec joie ses deux écharpes et sa capuche. Elle n'aime ni le froid, ni être emmitouflée comme un bonhomme de neige, mais entre deux maux, il faut choisir le moindre.
À peine s'est-elle avancée dans la boutique cependant qu'elle remarque du coin de l'oeil un mouvement rapide et désespéré derrière le comptoir.
Quelqu'un vient de se glisser à terre précipitamment.
Et il n'est nul besoin d'être une voyante pour deviner son identité.

Bea secoue la tête, mais prend son temps, retirant également ses gants, déboutonnant son manteau, laissant apparaître un épais col roulé prune et l'un de ses éternels pantalon cigarette. Elle dépose ses affaires sur le porte-manteau à droite et, le dos tourné, s'exprime nonchalamment:


« Peut-être as-tu oublié le miroir derrière toi dans ta précipitation, Isaac, mais sache que si tu voulais te cacher, c'est raté. »

Elle se retourne et marche jusqu'au comptoir, s'appuyant sur les coudes pour se pencher jusqu'à apercevoir le dessus des cheveux bouclés du jeune homme, et elle réprime avec difficultés un sourire amusé devant ce comportement enfantin – ses trois frères l'y ont habituée, il n'y a rien de plus enfantin qu'un homme, peu importe son âge.

« Maintenant, je peux passer ma commande en m'adressant au mur, mais je crois que tu entendras mieux si tu te redresses, pas toi ? »

Elle revient sur ses pieds, se contentant de laisser ses mains traîner sur le comptoir, appuyée à plat, et continue sur le même ton très jovial:

« Et ne crains rien, je ne vais pas te manger. Je n'ai pas l'appétit démesuré de Mirë. »

En revanche, elle a les crocs plus acérée que le dragon le plus féroce si l'on touche à un cheveux de ses frères, et Isaac le sait très bien, ce qui peut expliquer son attitude fuyante... mais il n'a rien à craindre d'elle. À moins qu'il ne lui fasse des révélations déplaisantes. Auquel cas, elle ne répond plus de rien.
~~~

"I like the hugging, the bringing together, the end of missing someone."


x Family means nobody gets left behind x Tumblr10

____________________________

- I WILL LOVE YOU WHEN YOU ARE A STILL DAY -
- I WILL LOVE YOU WHEN YOU ARE A HURRICANE -


x Family means nobody gets left behind x Signa210


Dernière édition par Beatriz Desio le Jeu 22 Jan - 19:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Isaac N. Callaghan

Isaac N. Callaghan

Fils de la Nuit
Flûte de Pan

JOUEUR
Feuille du joueur
Ton Pseudo: Bou
Région: :-)
Libre pour RP : owi.
PERSONNAGE
Nombre de Messages : 30
Date d'inscription : 08/12/2014

x Family means nobody gets left behind x Empty
MessageSujet: Re: x Family means nobody gets left behind x   x Family means nobody gets left behind x EmptyDim 11 Jan - 20:49


L’herboristerie était bien calme en cette matinée froide. La rue commerçante était déserte. Quelques âmes avaient osé braver le froid glacial de l’air, mais ces rares exceptions ne restaient jamais bien longtemps exposées à la rudesse de l’hiver. Isaac était debout depuis trois ou quatre heures du matin, il n’aurait su dire exactement. Il n’avait déjà pas beaucoup dormi, comme à son habitude. Il avait dormi une petite heure sur un vieux matelas qu’il avait installé dans l’arrière-boutique. Il aurait pu rentrer chez lui, mais avec le travail qui l’attendait, il avait préféré rester sur place. Cela faisait six bonnes heures qu’il s’activait sans relâche. Les deux mots d’ordre étaient : répertorier et ranger. Deux jours avant, il était revenu d’un périple qui avait duré quelques jours afin de ramener des plantes pour pouvoir rétablir certains de ses stocks qui faisaient peine à voir. Certaines de ses plantes étaient également très importantes en cette saison, Isaac ne pouvait pas se permettre de ne pas avoir ce qu’il fallait pour aider ses clients et patients à lutter contre le rhume ou la grippe. Ezekiel l’avait suivi et avait tenté de comprendre le métier de l’herboriste, même si son attention s’était finalement rapidement tournée vers son envie de chasser pour contenter son estomac. Isaac n’y avait vu aucun mal ; au contraire, il arrivait mieux à se concentrer quand Ezekiel ne lui posait pas de question toutes les dix secondes. La neige n’avait pas particulièrement facilité les recherches de l’herboriste, le froid non plus. Néanmoins, le Soigneur avait réussi à trouver à peu près tout ce dont il avait besoin – pas forcément la quantité qu’il avait espérée, ce qui le mettait plutôt dans l’embarras ; il serait probablement obligé d’argumenter un peu plus en marchandant, alors qu’il évitait de le faire en règle générale. Mais Isaac avait besoin de matériaux, principalement pour rénover la petite maison familiale dans laquelle il avait vu le jour. Cette dernière tombait en ruines, ce qui lui faisait mal au cœur, surtout que cette maison avait traversé plusieurs générations. Isaac était le dernier à pouvoir s’en occuper et, ironie du sort, il n’arrivait matériellement pas à s’en sortir tout seul. L’herboristerie était plus ou moins devenue son logement de remplacement, en attendant d’avoir assez de matériaux pour pouvoir entamer quelques travaux. À part Ezekiel, qui d’ailleurs trouvait cette décision assez étrange, personne n’était au courant, pas même ses apprentis. Concernant les secrets, Isaac était très doué.

Isaac s’était attelé au rangement des diverses étagères avec une irritation palpable. Durant son absence, il avait laissé l’herboristerie à deux de ses apprentis et leur avait donné quelques recommandations en plus des enseignements qu’il leur inculquait au fil des jours. Le Soigneur avait très vite constaté à son retour que faire confiance à de tels novices n’était pas la meilleure idée qu’il ait eue en six ans de métier et quatorze ans d’expérience. Isaac fulminait. Ses deux apprentis avaient foutus un bordel monstrueux dans toutes ses réserves, avaient mal tenu les comptes et l’un deux avait même osé s’approvisionner dans sa réserve personnelle. Isaac se demandait ce qui le retenait de les désavouer ; probablement l’attachement à son métier et à la promesse qu’il avait faite à sa mère. Il soupira tout en étiquetant correctement des pots contenant des herbes sèches. Il les avait mis à la porte pour quelques jours, le temps qu’il prenne une décision concernant leur sort. Évidemment, c’était surtout pour leur faire peur, il ne les révoquerait pas. En revanche, la sanction serait de rigueur. Rien de bien méchant, bien sûr.

Voilà maintenant plus de trois heures qu’Isaac réparait les nombreuses erreurs de ses apprentis. Il était épuisé, cela se voyait sur son visage, mais il tentait d’ignorer les divers signaux de fatigue que son corps lui envoyait désespérément. Concentré à ranger par ordre alphabétique les différents volumes concernant l’aromathérapie, l’herboriste ne fit pas attention à Ezekiel qui revenait de vadrouille. Ils se saluèrent mentalement. Ezekiel s’installa sur le petit terrain derrière l’herboristerie, là où Isaac faisait pousser quelques plantes ainsi que des légumes. Le dragon avait vite appris à ne pas se poser n’importe comment s’il ne voulait pas qu’Isaac s’énerve.

*Encore en train de ranger ?*
*Tu n’imagines pas toutes les conneries que ces deux idiots ont pu faire.*


Le dragon ricana avant de reprendre son sérieux.

*Tu vas avoir de la visite dans quelques instants.* En arrivant, le dragon avait vu une silhouette dans la rue en train de se diriger vers l'herboristerie.
*Attends, laisse-moi deviner... encore un petit vieux désespéré à cause de ses rhumatismes ?*
*Non, il s’agit d’une femme. Assez petite. Brune, cheveux courts. Bien habillée.*


Isaac se figea alors qu’il était sur le point de remettre un livre sur l’étagère. Il ne fallut qu’une demi-seconde pour faire le rapprochement entre la description faite par Ezekiel et le visage qui lui vint à l’esprit. Au même moment, il entendit la porte de l’herboristerie s’ouvrir. Pas le temps d’aller retourner le petit panneau pour indiquer que l’établissement était fermé. La réaction d’Isaac fut aussi surprenante qu’inattendue. Lâchant le livre qui s’écrasa au sol, Isaac se recroquevilla désespérément derrière le comptoir, dans l’espoir que Beatriz ne le verrait pas. Ezekiel, dérouté par cette réaction, soupira.

*Tu fais honte à toute ton espèce, bipède.*

Isaac ne répondit rien. Il avait conscience que se cacher ainsi n’était pas une bonne idée et encore loin d’être une preuve de maturité. Il avait honte, mais il avait jusqu’à aujourd’hui réussi à éviter Beatriz pour ne pas avoir à affronter ses éventuels regards accusateurs. Isaac avait mal réagi, tout comme il avait mal réagi en rompant avec Elio et en coupant les ponts avec les Desio, sans leur donner la moindre raison. « Peut-être as-tu oublié le miroir derrière toi dans ta précipitation, Isaac, mais sache que si tu voulais te cacher, c'est raté. » Isaac perçut Ezekiel en train de ricaner. Maudit lézard. Le Soigneur savait qu’il ne pourrait pas rester caché de la sorte éternellement. Il sentit Beatriz se rapprocher. « Maintenant, je peux passer ma commande en m'adressant au mur, mais je crois que tu entendras mieux si tu te redresses, pas toi ? » Isaac attrapa discrètement le livre qu’il avait fait tomber. « Et ne crains rien, je ne vais pas te manger. Je n'ai pas l'appétit démesuré de Mirë. » Prenant son courage à deux mains, il se releva et fit face à Beatriz.

– Je n’essayais pas de me cacher, je ramassais simplement ce livre que j’ai fait tomber quand tu es arrivée, déclara-t-il. Une justification plutôt foireuse car il se doutait bien qu’elle ne le croirait pas. Il se sentait bête. Mais malgré cela et tous les souvenirs – majoritairement agréables – qui lui revenaient à l’esprit, il reprit aussitôt son rôle d’herboriste. Que puis-je faire pour toi ?

____________________________



Darkling I listen; and, for many a time, I have been half in love with easeful Death. Call'd him soft names in many a musèd rhyme to take into the air my quiet breath; now more than ever seems it rich to die to cease upon the midnight with no pain, while thou art pouring forth thy soul abroad in such an ecstasy.
▬ John Keats.

Revenir en haut Aller en bas
Beatriz Desio

Beatriz Desio

Habitant

JOUEUR
PERSONNAGE
Nombre de Messages : 50
Date d'inscription : 16/12/2014

x Family means nobody gets left behind x Empty
MessageSujet: Re: x Family means nobody gets left behind x   x Family means nobody gets left behind x EmptyJeu 22 Jan - 19:36

x Family means nobody gets left behind x Rer10

I’ll give you everything I have.
I’ll teach you everything I know.
I promise I’ll do better.
I will always hold you close,
But I will learn to let you go.


~ ~ ~

Bea fait de son mieux mais il est difficile de se retenir de rire. Isaac ne l'a certainement pas habituée à des comportements aussi frivoles, ils sont fort semblables à cet égard, croisant les bras dans une même posture à la fois amusée et désapprobatrice devant les pitreries des trois frères. Cela dit, en cherchant bien elle doit pouvoir se souvenir de deux ou trois occasions où Isaac l'avait surprise avec une espièglerie enfantine qu'elle ne lui soupçonnait pas et une candeur maladroite qui l'avait fait tendrement sourire.
Aujourd'hui elle ne sait pas si elle doit être agacée ou attendrie.
Alors elle opte pour une indulgente ironie.

Elle hausse les sourcils tandis que le jeune homme réapparaît, à peine un voile rouge sur ses joues et l'air parfaitement convenable de celui qui ne vient pas de se faire surprendre dans une situation embarrassante. Il ne bafouille même pas en lui offrant un beau mensonge avec désinvolture. Bea fait la moue (une moue qui cache un rire, juste là au coin des lèvres, petit fée qui frémit) et tapote sur le comptoir avec ses ongles.


« Vraiment Isaac ? Ce doit être un livre précieux ou très lourd pour que tu mettes tant de temps à le récupérer. Je suis ravie de voir que tu prends soin de ta marchandise, même si on ne peut pas en dire autant de tes relations. »

L'ironie est beaucoup moins légère tout d'un coup, et Bea s'empresse vite d'abandonner les faux-semblants et les excuses, se campant devant lui avec les poings sur les hanches, le front plissé et les yeux plein d'éclairs, redevenue la petite fille colérique qui avait grandi dans les rues sombres d'Alba et ne s'en laissait pas compter.

« Ce que tu peux faire pour moi ? D'abord m'expliquer où sont passées tes manières, jeune homme ! Qu'est-ce qui t'a pris de te sauver ainsi sans nous donner de nouvelles pendant des semaines ? Oui, je sais, » Bea lève une main pour l'interrompre avant qu'il n'ait pu se mettre à protester, « tu as laissé un mot et bien sûr Elio nous a prévenu. Mais pas même un au revoir ? Et je te signale que tu as oublié la confiture de figues qu'on avait préparé pour toi. Enfin que Elio et Dagan avaient préparée pour toi, parce que si j'y avais été mêlée je comprendrais que tu refuses d'y toucher. »

Au fur et à mesure de la tirade, la petite lionne en colère s'est adoucie jusqu'à retrouver ses yeux de colombes, des yeux qui sont si noirs dans leur robe blanche, mais elle n'a pas de blancheur pour faire contraste, seulement son teint embrassé par le soleil et les couleurs parfois audacieuses de sa garde-robe.
Bea pose ses coudes sur le comptoir, prenant appui pour se pencher légèrement vers Isaac, levant les yeux vers lui avec un front inquiet et un sourire triste.


« Dagan a beaucoup demandé après toi, tu sais. Apparemment vous deviez aller ensemble visiter le département des Mécaniciens à l'université. »

Bea prend une profonde inspiration, hésite un instant, puis se décide enfin à poser sa main sur l'une de celle d'Isaac, toujours à plat sur son livre. Elle ne veut pas le contraindre, elle veut simplement comprendre. S'il veut vraiment être dispensé de leur compagnie, elle s'en ira sans un murmure, mais si ce qu'elle soupçonne est exact et qu'il s'agit plutôt d'une étrange forme de crainte...

« Isaac... je ne sais pas exactement ce qui est arrivé entre toi et Elio, et très franchement je m'en fiche. Il est grand, c'est sa vie, son affaire. Je suis juste... déçue que tu aies choisi de nous éviter ainsi. J'ai cru que tu avais trouvé une place parmi nous, une place qui allait au-delà d'être le peti-ami d'Elio. Est-ce que j'ai eu tort de penser ainsi ? »
~ ~ ~

x Family means nobody gets left behind x Tumblr10

____________________________

- I WILL LOVE YOU WHEN YOU ARE A STILL DAY -
- I WILL LOVE YOU WHEN YOU ARE A HURRICANE -


x Family means nobody gets left behind x Signa210
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



JOUEUR
PERSONNAGE

x Family means nobody gets left behind x Empty
MessageSujet: Re: x Family means nobody gets left behind x   x Family means nobody gets left behind x Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

x Family means nobody gets left behind x

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: IGNOPOLIS :: Le centre d'affaires :: Rue Prima :: Herboristerie-